Un peu d’histoire


Histoire Géographie

Histoire

Sur Montmain

Sur Montmain est un hameau de quatre anciennes fermes dont certaines datent du 18e siècle.

Montmain signifie « petit creux ». Ce lieu-dit se situe en effet sur un col qui commande des pâturages communs aux villages de Ravilloles et de St Lupicin, enclaves de la forêt de Moirans, forêt diversifiée, de hêtres, de tilleuls, d’épicéas et de sapins présidents.

La maison forestière des 4 Chemins, à 1 km plus au nord, était le quartier général du maquis dit « de l’Ain » qui a été attaqué par l’armée allemande en juillet 1944. Deux fermes du hameau ont été bombardées et reconstruites en 1949 en deux maisons mitoyennes. L’une d’entre elles est le « Curtil ».
Le village de Ravilloles s’est fait décerner en 1950 la Croix de guerre pour sa courageuse résistance.

Il est probable que cette région a été un lieu de passage à l’époque gauloise et à l’époque romaine, puisque, à l’extrémité des prairies de Montmain, se trouve le lac d’Antre et les ruines importantes, à Villars d’Héria, d’un établissement gallo romain, halte sur la route qui menait au pays des Séquanes (Dôle – Besançon).

Haut de la page

Géographie

Plateau du Lizon

« Balcon surplombant la Vallée de la Bienne et souligné par les corniches calcaires, dont la blancheur contraste fortement avec les couleurs sombres des boisements de coteaux, le Plateau de Lizon est un territoire rural de moyenne montagne. Il est entièrement compris dans le périmètre du Parc naturel régional du Haut-Jura, longtemps voué aux industries traditionnelles du travail du bois et de la corne. L’économie a su s’adapter et se diversifier, plasturgie, fabrication de boutons, de jouets et d’équipements industriels en sont la preuve.

La situation géographique particulière du Plateau du Lizon au sein du Massif du Jura est propice à l’occupation humaine : une altitude modérée, un relief en plateau, une voie de communication importante ancienne (la route gallo-romaine de Saint-Claude à Poitte passant par Lauconne – première toponymie de Saint Lupicin – empruntée plus tard par les voituriers pour aller de Saint Claude à Lons) la force motrice du Lizon utilisée par les industries…sont autant de facteurs qui ont favorisé l’implantation de l’habitat et des activités humaines.
Vieilles fermes traditionnelles du Jura, chapelles romanes, maisons à balcon en galerie, ateliers de tournerie, usines et maisons de maître de la première moitié du XXe siècle forment la trame du paysage urbain. »

Haut de la page

Comments are closed.